Occupation britannique

Caserne et entrepôts

Après la défaite des troupes françaises face aux forces britanniques, l’espace originel de la Nouvelle-France est morcelé et une grande partie devient la propriété du roi d’Angleterre.

Malgré les combats qui eurent lieu dans la ville de Québec, le terrain et les bâtiments de l’intendance sont peu touchés par les conflits et dès le premier hiver de 1760, les bâtiments à proximité du palais sont utilisés par les troupes britanniques comme quartier d’hiver. Le palais est attribué aux troupes du quarante-huitième régiment de pieds et réparé afin de servir de caserne aux troupes et officiers et comme entrepôts pour les denrées. Les jardins sont transformés en lots habitables qui seront concédés à des propriétaires, et ce jusqu’en 1820. Le terrain de l’intendance est aussi utilisé par les bureaux de la British Ordonnance. Finalement, une cour à bois entourée d’une clôture est aménagée à même les terrains du palais.

Détail d'un plan de 1791 montant le Palais

Détail d'un plan de 1791 montant le Palais


Invasion américaine

Entre les colonies unies du Sud et l’Angleterre, la tension monte et un affrontement pour l’indépendance des colonies est inévitable. À l’automne 1775, les troupes américaines remontent vers le nord et occupent Montréal. La prise de Québec s’amorce en décembre 1775, avec les troupes américaines qui réussissent à s’installer dans le bâtiment de l’intendance, leur permettant ainsi d’avoir un avantage stratégique sur la garnison britannique.

De cette position, les troupes américaines ont vue sur les campements anglais des alentours leur permettant ainsi de harceler la garnison. Depuis leur position sur les hauteurs de Québec, le 13 décembre 1775, les soldats anglais bombardent l’ancien palais de l’intendant afin d’en déloger les américains.

Les troupes américaines lancent leur attaque durant la nuit du 30 décembre 1775 en pleine tempête de neige. Le lendemain, le gouverneur Carleton ordonne de bruler les faubourgs avoisinants du palais afin d’empêcher les Américains de s’y cacher. Plusieurs maisons sont détruites dans l’incendie et les étages supérieurs du palais de l’intendant qui étaient déjà fragilisés par les bombardements s’effondrent. Après cet échec, les troupes américaines se retirent de Québec, mais le palais de l’intendant restera en ruines durant plusieurs années.

Plan des fortifications de Quebec en 1785

Plan de 1785 de Québec comprenant ses fortifications ainsi que l'Îlot des Palais


Aménagements et incendies

Des réaménagements sommaires sont apportés au palais afin de pouvoir l’utiliser à des fins d’entreposage par les militaires. L’espace servira de cour à bois et de lieu d’entreposage pour le bois de chauffage.

Les ruines du palais sont aménagées afin de servir à différentes fonctions, soit d’écurie, de hangar à foin, de lavoir, d’entrepôt et de logement pour le gardien des lieux; des soldats y assurent la garde. Les voûtes sont également louées aux citoyens pour y entreposer certaines denrées, tels la glace, le vin et les liqueurs.

Les murs de la partie nord sont complètement arasés jusqu’au sol afin d’y permettre la circulation. Un grand hangar divisé en quatre sections est alors construit contre le mur au nord du palais; ce hangar comprend un entrepôt à charbon, un caveau à légumes, une écurie et un deuxième caveau.

Le quartier sera toutefois la proie de trois incendies durant cette période. Le premier est mineur, il survient en 1840 et entraine seulement l’incendie de la clôture. En octobre 1843, un deuxième feu fait rage dans le quartier et entraine de plus grands dommages. Une bonne partie des bâtiments sur le terrain de l’îlot des palais est à reconstruire. Finalement, l’incendie du 28 mai 1845 ravage une grande partie du quartier Saint-Roch et du palais, détruisant entre 1500 et 2000 maisons. Le hangar à charbon sera par la suite reconstruit et les voûtes seront dotées de portes afin de permettre l’entreposage de denrées de valeur. Les autres produits seront gardés dans les étages supérieurs.

Plan de 1816 - palais de l'intendant

Agrandissement d'un plan de 1816 comprenant le palais de l'intendant