hdr-title
Réginald Auger
Archéologie historique
icon archélogie historie

Responsable du laboratoire: Réginald Auger
           
Mes études de doctorat à l'Université de Calgary ont porté sur les contacts entre les Inuit du Labrador et les Européens au XVIIIe siècle.  En utilisant conjointement les sources écrites et les données archéologiques, j'ai réussi à démontrer le métissage qui s'est produit entre les populations d’origine européenne et les Autochtones du Labrador.  Ces recherches  faisaient suite à des études de deuxième cycle à l’Université Memorial de Terre-Neuve et portant sur les Paléoesquimaux.  Un stage postdoctoral au sein d’une équipe de recherche du CELAT de l'Université Laval m’a permis de continuer ces études de l’effet du contact entre Basques et Amérindiens dans l’estuaire du Saint-Laurent.  Au début des années 1990, je me suis joint à une équipe de la Smithsonian Institution afin de poursuivre mes travaux en mettant l’accent sur le XVIe siècle.  Les résultats de ces deux projets de recherche : Les Basques dans l'estuaire du Saint-Laurent et Archéologie des voyages de Frobisher ont fait l’objet d’expositions respectivement au Parc de l'Aventure Basque en Amérique à Trois-Pistoles et au Musée canadien des civilisations à Ottawa.

Depuis mon engagement à l'Université Laval, je codirige un projet de recherche en archéologie urbaine en collaboration avec ma collègue Allison Bain. Ce projet de recherche qui porte sur la relation ville/campagne vise à démontrer l'interdépendance entre les deux entités où nous mettons en application une approche écosystémique.  La réputation dont jouit la recherche en archéologie à l'Université Laval a fait en sorte qu'en 1996 nous avons été invités par la Direction régionale des Affaires culturelles de la Guyane française à entreprendre un programme de recherche en archéologie coloniale.  Cette recherche franco-canadienne vise à documenter les effets de l'esclavage pratiqué sur une habitation sucrière de la Guyane.

Je dirige actuellement plus d’une douzaine de candidats à la maîtrise et au doctorat et je suis responsable d’une équipe de recherche en archéométrie dont les champs de recherche portent sur l’étude des matériaux et l’archéologie environnementale.

 
Chercheur associé : Marcel Moussette, U. Laval

Marcel Moussette est professeur associé en archéologie au Département d'histoire et membre associé au CELAT de l'Université Laval. Il est spécialisé en ethnologie et en archéologie historique nord-américaine. Ses recherches portent sur la culture matérielle des francophones d'Amérique, les sites d'établissement ruraux anciens de la vallée du Saint-Laurent et l'archéologie urbaine de la période historique. Ses directions de thèses concernent l'archéologie historique nord-américaine, XVIe-XXe siècle, et la culture matérielle dans ses rapports avec l'environnement naturel.

Ses recherches menées en collaboration avec Françoise Niellon sur la collection provenant du site de l’habitation de Champlain à Québec ont abouti à  une des premières études en profondeur d’un site du début du XVIIe siècle, qui sert encore de modèle pour les archéologues qui s’intéressent à cette période.

 De 1987 à 1998, il a effectué des recherches sur les sites de la Nouvelle-Ferme et du Rocher de la Chapelle, des établissements agricoles anciens de l’Île-aux-Oies. Ce projet élargit le champ d’action de l’archéologie québécoise en absorbant la question du monde rural au XVIIe siècle. Les premiers résultats (une thèse de doctorat et un mémoire de maîtrise) nous donnent une image renouvelée de cet univers particulier. Il vient de terminer la rédaction d’une monographie qui complètera l’ensemble de ce projet. Ce volume, intitulé Prendre la mesure des ombres, archéologie du site du Rocher de la Chapelle, Petite île aux Oies, relate les dix campagnes de fouilles effectuées sur ce site et essaie de déterminer les facteurs à la fois physiques et mentaux liés à l’établissement des colons Français à partir de 1645 dans cet environnement humide de l’estuaire moyen du Saint-Laurent.

 Le site du Palais de l’intendant à Québec, projet commencé en 1982, a donné lieu à 9 campagnes consécutives de fouilles, et  à une publication, Le site du Palais de l’intendant à Québec (Septentrion, Sillery, 1994, 229 p.). Cette monographie décrit comment un lieu urbain se structure et prend différents sens à travers les diverses occupations dont on a pu relever les traces. Cette recherche du sens à travers les vestiges matériels urbains a eu un impact considérable sur l’archéologie urbaine.


Chercheur externe:  Jean-François Moreau, UQAC

Jean-François Moreau est né à Louvain (Belgique) en 1949. Suite à une enfance africaine (ex. Congo belge), il a achevé ses huit ans de cours classique en 1969. Il a ensuite terminé en 1973 un baccalauréat ès sciences en anthropologie à l'Université de Montréal, trois années au cours desquelles il lui a été donné de se former à peu près à parts égales en ethnologie, en anthropologie et en archéologie. Par la suite, toujours en anthropologie à l'Université de Montréal, il a poursuivi des études de maîtrise et de doctorat achevées respectivement en 1975 et 1984 dont la spécialisation de recherche a porté sur l'adaptation maritime de populations pré-colombiennes au Costa Rica. Cette spécialisation a été menée de front avec plusieurs expériences de fouilles archéologiques au Québec, en Ontario et dans le Middle-West des États-Unis.

Globalement, qu'il s'agisse des travaux effectués lors des études de cycles supérieurs (analyses conchyliologiques) ou de ceux entrepris depuis 1990 environ au moyen de l'activation neutronique et du microscope électronique à balayage (objets de la période des premiers « contacts » entre Amérindiens et Français en Nouvelle France), la carrière de Jean-François Moreau a particulièrement été marquée par l'application des sciences naturelles et fondamentales aux objets archéologiques.

Par ailleurs, la responsabilité de direction du Laboratoire d'archéologie de l'Université du Québec à Chicoutimi, assumée depuis son engagement en 1984 dans cette institution, a permis de réunir une importante expertise en archéologie régionale et, plus largement, en archéologie du milieu subarctique nord-américain. Ce Laboratoire d'archéologie assure le développement des principales activités archéologiques réalisées dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En collaborant à divers titres avec des partenaires municipaux, gouvernementaux, universitaires et privés, le Laboratoire a participé à plusieurs dizaines de travaux d'acquisition de données archéologiques (inventaires et fouilles) tout autant que de travaux de mise en valeur dans la région (Ashuapmushuan, Métabetchouan, Saint-Méthode, Pointe de Chambord, Grande-Décharge du lac Saint-Jean, embouchure de la rivière Sainte-Marguerite, site de Robe Noire). Le Laboratoire constitue aussi un lieu de formation à l'archéologie ; aux étudiants de premier cycle est offerte l'occasion de se familiariser avec l'archéologie à travers des stages et des travaux de laboratoires crédités ; aux étudiants de cycles supérieurs, le Laboratoire d'archéologie offre le matériel archéologique, les outils analytiques ainsi que l'encadrement nécessaires à la réalisation de leur travaux de recherche.

adidas to release a white version of the og nmd r1 primeknit adidas nmd r1 primeknit og white adidas nmd runner pk white red blue adidas ultra boost release dates adidas nmd r1 primeknit adidas nmd r1 primeknit red adidas ultra boost uncaged adidas ultra boost uncaged black multicolor adidas ultra boost uncaged red sole adidas ultra boost uncaged mystery red available adidas ultra boost uncaged multicolor drops february adidas ultra boost uncaged core black adidas ultra boost uncaged triple black adidas ultra boost uncaged coming black boost tonal primeknit adidas ultra boost uncaged triple black restock reserve adidas nmd colored boost today adidas nmd primeknit red white blue stripes adidas yeezy boost 350 v2 olive green summer 2017 adidas yeezy boost 350 v2 adidas yeezy boost 750 grey