hdr-title
Allison Bain
Archéologie historique
icon archélogie historie

Après une maîtrise (M. Sc.) en Angleterre à l’université de Sheffield, j’ai entamé  mes études doctorales à Université Laval en poursuivant une spécialisation en archéoentomologie et en archéoparasitologie. Mon projet était alors orienté sur l’application de l’approche contextuelle à l’archéologie environnementale et explorait l’histoire économique, médicale et sanitaire de la Basse-Ville de Québec entre 1850-1900. Par la suite, j’ai fait un stage postdoctoral au Andrew Fiske Memorial Center for Archaeological Research à l’University of Massachusetts à Boston sous la direction de Steve Mrozowski. En 2002, je suis entrée en fonction comme professeur en archéologie au Département d’histoire. Avec mon collègue Réginald Auger je co-dirige le chantier-école en archéologie historique à l’îlot des Palais à Québec et j’ai mis sur pied, avec l’archéologue Michel Plourde, un chantier-école en archéologie préhistorique.

Mes recherches actuelles sont axées sur l’évolution des paysages et de différentes agglomérations du nord-est et du nord américain, plus particulièrement autour de Québec, Montréal, Boston et Ferryland (Terre-Neuve). En tant que scientifique associée au Fiske Center, je participe à plusieurs projets liés à ma spécialisation en archéoentomologie. Au cours des dernières années, nous avons travaillé sur les sites de Mill Pond et de l’African Meeting House. Le projet Mill Pond a été l’occasion d’étudier la transformation du paysage dans la ville de Boston au XVIIIe siècle. Le projet de l’African Meeting House explorait quant à lui la vie quotidienne des enfants et des familles dans la première école pour élèves afro-américains aux États-unis. 

Je suis également impliquée dans plusieurs projets de recherche sur l’Atlantique Nord et l’Arctique Québécois (Nunavik). Un nouveau projet de recherche, portant sur les paysages du passé au Nunavik et dirigé par l’institut culturel Avataq à Montréal, vient d’ailleurs d’être mis sur pied. Dans le cadre de ce projet, une approche multidisciplinaire, basée sur l’étude du savoir traditionnel des Inuit et l’archéologie, la géographie, l’histoire, l’anthropologie et les sciences de la terre a été mise de l’avant. Finalement, je suis engagée dans une étude en archéologie environnementale sur le paysage et les transferts culturels dans le contexte colonial de la Guyane française. 

J’ai de nombreux étudiants aux 2e et 3e cycles qui travaillent sur des sujets très variés touchant au thème des interactions entre l’homme et son environnement. Leurs sujets sont liés aux théories de l’établissement et du peuplement du Nunavik, à la paléoethnobotanique d’un site colonial à Terre-Neuve, aux réseaux d’échanges pendant la période archaïque et à l’analyse zooarchéologique d’un site de la période de contact au Labrador. D’autres études sont quant à elles consacrées au peuplement préhistorique et à la colonisation européenne de la vallée du Saint-Laurent et sont réalisées par le biais d’analyses archéobotaniques et archéopalynologiques.  

page web au CELAT : www.celat.ulaval.ca/membres/Bain.php

page web au département d’histoire : www.hst.ulaval.ca/Profs/Abain/Abain.htm