hdr-title
Jacques Chabot
Archéologie historique
icon archélogie historie

Jacques Chabot
Coordonnées

Jacques Chabot détient un doctorat de l’Université Laval en codirection avec l’Université de Lyon 2 (1998). Il a fait trois post-doctorats, dont deux au CNRS-France (Sophia Antipolis/Nice) et un au CELAT. Depuis 2002, il est coordonnateur des Laboratoires d’archéologie de l’Université Laval. Dans le cadre de ses tâches, il gère ces laboratoires qui sont parmi les plus vastes au Canada (plus de 15 000 pi2), il donne des cours sur la technologie et la préhistoire de l’Ancien Monde et codirige huit étudiants de trois universités différentes (et supervise deux chercheurs post-doctorat en tracéologie). Il est lui-même responsable du Laboratoire de recherche sur la pierre taillée, laboratoire de tracéologie qu’il a fondé en 2000. Ce laboratoire est le seul au Canada voué à la tracéologie à fort grossissement et l’un des rares du genre en Amérique. Une antenne de ce laboratoire est aussi installée au LAMIC (Laboratoire de Muséologie et d’Ingénierie de la Culture/Pavillon Casault), projet FCI du professeur de muséologie Philippe Dubé. J. Chabot est membre de l'équipe de fondation du LAMIC.

Depuis 2002, il a obtenu deux subventions consécutives (2002-2005, 2006-2009) du CRSH pour les recherches qu’il mène au Caucase, au Proche-Orient et en Europe de l’Est sur les technologies lithiques du Néolithique et du Chalcolithique (6000-2500 av. J.-C.). En collaboration avec plusieurs universités et centres de recherches internationaux (Universités de Lyon 2 et de Nice, Université Johns Hopkins de Baltimore, Académie des sciences de Bulgarie, Université Américaine de Beyrouth, Altorientalisches Seminar de Tübingen, Université de Tokyo), il a analysé et publié le matériel lithique de nombreux sites.

Il est aussi cochercheur dans le projet ARUC (CRSH: 2007-2010), Le temps et l’espace chez les Inuit du Nunavik, géré par l’Institut culturel Avataq et est membre de l’équipe en archéométrie de l’Université Laval (FQRSC équipe).

Sur le plan international, il est rattaché comme chercheur associé au CEPAM (Centre d’études Préhistoire Antiquité Moyen-Âge) du CNRS (http://www.cepam.cnrs.fr/?-Production-et-comportements) et à l’équipe Archéorient de l’Université de Lyon 2- Maison de l’Orient Méditerranéen(http://www.archeorient.mom.fr/). Il est aussi membre de deux projets subventionnés par l’ESF (European Science Foundation), soit les projets EARTH (Early Agricultural Remnants and Technical Heritage), sur les origines et le développement des techniques agricoles et ARCANE (Associated Regional Chronologies for the Ancient Near East) dans lequel il supervise du matériel lithique pour la grande région de la Djezireh, travail portant sur la compréhension de l’évolution des artefacts présents sur les sites du IIIe millénaire.